accueil
ma valeur ajoutée
treks Népal
inscriptions
contact
actualités
PiémontCrète

  

HAUTS COLS DU KHUMBU, Version magique ( si, si ...)

  et sportive : résussite tip top ! 

 

Baïsakh 2065 : “Villages et Monastères de l’Everest” dans sa version revue et corrigée pour l`occasion, version sportive et ambiance haute altitude,  intitulée désormais les “Hauts cols du Khumbu” : 5 à 7 passages au delà de 5000 mètres d’altitude, décor haute montagne aux pieds des géants de la Terre.

A réserver aux sportifs … après acclimatation ! les voici .

 

 

Jour 1 : “Le Village “

Lukla ( 2500) / Pkakding ( 2600)

Jamais je m`avais volé sans aucune visibilité, voilà qui est fait. Krishna s`avouera très inquiet, je faisais confiance au pilote. Mingma Tenzing nous attend à l`aéroport, où Krishna  recrute Wangchu et Zangbu qui se révéleront être de très agréables porteurs.

A Ghat c`est la visite obligatoire de “la famille “ : Mailli tout sourire, mon amie porteuse, qui … se “porte” comme un charme, la belle mère de Ngawang qui nous prépare le repas, Kami Pura qui descend sa femme à dos de cheval à l`hôpital de Lukla après un petit accident de chemin. Nous logerons chez lui le soir à Phakding après une première échappée hors de l`autoroute : gumila gompa, première gompa d`une longue série.

 

 

Jour 2 : “Free Tibet “

Phakding ( 2600 ) / Namche ( 3500)

Nous remontons le long de la Duth Kosi. A Jorsale, à chaque fois une nouvelle surprise. Cette fois ci, dû aux événements du moment, à savoir les JO de Pekin, c`est l`armée qui fouille nos sacs. Un peu plus loin, ceux des locaux. Face à une culture obstinément pacifique, le gouvernement chinois obstinément violent. Je n`ai pas les mots pour dire combien je compatis de tout mon coeur à ce karma collectif  stupéfiant de misère, à la douleur de ce peuple non violent sous la torture. A Namche pour l`occasion la plupart des commercants arborent un bandeau “Free Tibet “. Un expéditionniste étranger qui voulait planter au sommet de l`Everest le drapeau tibétain est actuellement à l`ombre dans les prisons népalaises, de quoi tenir compagnie aux journalistes. Le gouvernement népalais subit de plein fouet la pression de la Chine, et le peuple, lui …

 

Jour 3 : “Le sourire d`Ang Zangmu”

Namche (3500) / Thyangboche ( 3800 ) / Dewoche ( 3700)

Dans le Khumbu on pratique le bouddhisme sauce nimgma pa, la forme la plus ancienne du bouddhisme tibetain, mais pas le bouddhisme du bien connu Dalai Lama. On suit les principes diffusés en 750 ap  JC par le Guru Rimpoche dit Padmasambava. Bonnets rouges mingmapas et bonnets jaunes gelugpas se partagent les rites dans un méli mélo où un esprit cartésien a bien du mal à se  retrouver.

A la gompa de Thyangboche on assiste à la puja du jour donnée par pas moins de 25 moines devant pas moins de 30 trekkeurs, la plupart venus là comme on irait au cinéma. Une heure plus tard j`assiste, seule blanche, à la puja donnée au monastère de femmes de Dewoche par … une seule nonne. Ici comme ailleurs, vive l`égalité…

 

 

Au lodge je retrouve avec plaisir Ang Zangmu, radio cancans, qui me donne des nouvelles du pays : à Attarkel, Futi, alors seule une soirée avec ses 3 enfants et ceux d`Ang Zangmu, a été victime d`un cambriolage par 18 individus masqués. Dire que j` ai si souvent logé là bas … L`insécurité règne effectivement dans la vallée.  

 

Jour 4 : “ La gompa de Pangboche”

Dewoche ( 3700) / Dengboche ( 4300)

Dans les forêts de rhodos la faune sauvage vit en paix : himalayan thar, daim musqué, tekpa ( nom donné par les sherpas à une sorte de cochon d`Inde ), et une avifaune peu farouche, avec des gypaètes barbus, des corbeaux, des chocards, des craves,  le faisan lopophore symbole du pays, ou le petit oiseau qui remonte les cours d`eau ( white capped …)

La flore aussi est riche de découvertes et endémiques : beaucoup d`éricacées dont le rhododendron nivale odoriférant, le pieris formosa, sorte d`arbre à muguet, des primevères, et des légumineuses ( oxytropis piptanthus nepalensis).

Vu que décidemment personne n`est malade nous faisons volontairement le détour par l`hôpital de Pheriche pour la visite du centre spécialisé dans le MAM et du mémorial de l`Everest.

 

 

Jour 5 : “ l`Ama Dablam dans tous ses états”

Dengboche ( 4300) / Chukung ( 4700)

C`est le jour où l`on croise le yack blanc aux boucles d`oreilles rouges et aux cornes en forme de guidon de vélo.

S`il fallait peindre le paysage, deux couleurs suffiraient, le blanc éclatant des glaciers et le bleu luminescent du ciel d`altitude. La luminosite est fantastique. Les orgues de glace du glacier du Chukung capturent nos regards pour ne plus les lacher. La quatrième montagne du Monde , le Lohtse, fume sous le vent, et le Lohtse Shar à ses côtés me donnerait presque des envies de ski !

 

 

 

Jour 6 : “ Premier col et non des moindres”

Chukung ( 4700) / Kongma La ( 5400) / Lobuche ( 4800)

8 heures de marche dans un décor de rêve, des kongmas ( perdreaux ) , des edelweiss, et du sommet une vue à couper le souffle si ce n`est déjà fait ( c`est déjà fait ) : Nuptse, Lhotse, Lhotse Shar, Ama Dablam, Baruntse, Makalu ( une pensée pour Jean-Christophe). Au pied de l`autre côté, égal à lui même, le cloaque de Lobuche, étape obligatoire. Dommage.

 

 

 

Jour 7 : “ Une lumière hautement spirituelle “

Lobuche ( 4800) / Gorakshep ( 5100).

Une journée exceptionnelle, une lumière exceptionnelle, une météo exceptionnelle. Joelle et moi choisissons l`option CDB de l`Everest pour (re)voir cet immense b…. ( bordel ), paroxysme de l`égo pour certains, élans vitaux pour d`autres. Et … gourmandise pour nous, restons profanes ! une micro boulangerie nous accueille sous une tente à 5300m et sur la glace !  Le boulanger fait sa “saison “ de deux mois ici, original. Nous nous régalons tout simplement de l`ambiance des lieux, du cheese cake, de l`ice fall ( ça ne se mange pas ).  

Les filles préfèrent l`option Kalapattar, pour le point de vue, pendant qu`Elie tente de soigner sont rhume dans la verrière.

Le groupe dans son entier est passé en mode Himalaya : on lit avec des gants, on dort avec un bonnet, et on aura tôt fait d`avoir la même odeur que les porteurs. L`un renifle et l`autre tousse. Tout devrait donc bien se passer.

 

 

Jour 8 : “La pyramide de verre “

Gorakshep ( 5100) / Dzongla ( 4800) en 2h via Lobuche ( 4900) et la pyramide.

Le Cholatse ( 6440), le Tawoche ( 6542), l`Ama Dablam ( 6800), les Lobuche Peaks ( 6135) : rendons nous, mous sommes cernés ! A l`altitude du Mont Blanc le hameau de lodges de Dzongla est situé dans un site magnifique au pied de notre second col, le Chola ( 5300). Notre équipe s`est divisée, un groupe descend sur Pheriche se refaire une santé en basse altitude ( et fêter les 29 ans de Stéphane !), tandis qu`un autre groupe traversera demain le second col. Voila qui est possible au Népal où l`équipe est nombreuse, profitons en. 

Des rafales de vent violent nous couvrent de poussière, des nuages remontent du lac temporaire du Cholatse, toute la nature est en mouvement, immense, chargée d`une fabuleuse énergie. J`avais oublié que ce vallon était si puissant. Il faut dire que la plupart des agences traversent ce col dans l`autre sens, sacro-sainte et mauvaise habitude, ce qui est une aberration, donc on arrive immanquablement  épuisés à Dzongla.

Ce matin par un très beau sentier balcon peu ou pas fréquenté, nous avons eu la chance de visiter la pyramide de verre de Lobuche, centre de recherche scientifique géré par une association népalo-italienne. On y étudie l`adaptation physiologique  à l`altitude et les eaux de fonte. Le projet de l`équipe en route est d`installer un centre météo au sommet de l`Everest comme celui du K2, de Pheriche, ou autres.

 

 

Jour 9 : “ Second col “

Dzongla ( 4830) / Chola ( 5300) em 2h30 puis Tangnak ( 4700) en 2h30.

2h30 de montée et 2h30 de descente pour ce très joli col glaciaire offrant des vues spectaculaires. Au sommet, surprise : un petit lac s`est formé depuis mon dernier passage !! conséquence du réchauffement climatique. Divers glaciers et 20  lacs glaciaires népalais dont 12 situés dans le Khumbu ont été identifiés comme potentiellement dangereux et des mesures de précaution s`imposent. La région de l`Everest est la première touchée par la catastrophe. Ainsi le glacier de l`Imja, descendant  la face nord ouest du Baruntse, recule de 70 mètres / an, triste record. Le lac au pied s`élargit proportionnellement. Si le recul moyen de 50 m /an persiste, d`ici 2050 la plupart des petits glaciers du Khumbu auront disparus.

Au CDB, l`association ICIMOD (Intermational Center for Integrated Mountain Development) propose une expo de sensibilisation sur les risques encourus par les populations locales. L`Eco Everest Expedition devrait sous peu ramener du sommet des infos exploitables.

 

 

Jour 10 : “La débacle “

Tangnak ( 4700) / Gokyo ( 4800)  en 2h, puis 5ieme lac en 4h A/R.

Nous traversons perpendiculairement le plus long glacier du Khumbu, le Ngozumpa, qui se jette dans la Duth Kosi. Consternation : en moins de 5 ans les lacs émeraudes confettis sont devenus d`immenses étendues laiteuses  reliées entre elles par des torrents sous glaciaires. C`est la première fois que je ressens aussi près du coeur ce réchauffement tant redouté. Quel avenir pour les villages en aval ?”Helping people live with climate change” , c`est la devise de l`E.E.Expedition.

A Gokyo, nous prolongeons la visite du vallon en cheminant le long de la moraine jusqu`au dernier lac direction CDB du Cho Oyu. Zangbu notre porteur fait du tourisme avec nous et prend plaisir à redécouvrir ce fond de vallée ignore des trekkeurs : le Cho Oyu ( 8153), le Gyachungkang (7922), le Chakung ( 7029).

Depuis le Cho Oyu View Lodge j`admire, rêveuse, le Pharilapse ( 6027 ) récemment ouvert, lorsque j`aperçois au loin nos trois amis qui reviennent  avec un journée d`avance.  Nous voila donc à refonctionner au complet.

 

 

 

Jour 11 : “Un yack à la plage “

Gokyo ( 4800) / Fifth Lake en 4h A/R, seconde édition.

Nos “ geishas” ( je cite Stéphanie ) ont déjà fait le tour du lac sacré dans le bon sens lorsque nous émergeons. Pour être sur que leur voeu se réalisera … ils se proposent de nous y accompagner à nouveau. Les lacs de Gokyo sont sacrés à la fois pour les Boudhistes et pour les Hindous qui y voient encore une demeure de Shiva. C`est aussi un lieu très fréquenté par les migrateurs et un lieu d`hibernation.

La flore compte 4 endémiques et de vastes espaces de “sunpati “ au doux parfum.

Un groupe repart en fond de vallée tandis qu`en proie à un gros rhume/flême/grippe je reste sur pause. Zangbu avait bien raison hier devant ma mine déconfitte : “ Didi est bonne pour boire de l`eau chaude !” m`avait rapporté Krishna. C`est donc ce que je fais dans la cuisine en discutant avec Tenzing Nuru.

Elle a 46 ans, veuve depuis 2 ans, un fils à l`école Hillary de Khumjung, une fille qui l`aide au lodge : elle passera sa journée a façonner au pied des bouses de yack pour le poële. D`ici 2 semaines, ce sera la saison chaude ( ça se voit, il neige) : . elles redescendront à Khumjung. Hiver et été un seul lodge reste ouvert à Gokoy sur les  8.

Am cooconig au lodge avec le staff et la patronne, et c`est là l`aspect le plus séduisant  de l`altitude. Plus elles rajoutent des bouses, plus on boit du thé, plus le staff joue aux cartes.

 

 

Jour 12 : “ Troisième col : il neige sur les yacks”

Gokyo ( 4800) / Renjo La ( 5300) en 2h30 puis Arya ( 4700) en 2h30

Le Renjo La nous permet de basculer dans le vallon de Thame et du Nangpa La à la frontiere tibétaine. Cette année tous les échanges avec le Tibet voisin sont bloqués par ces honteux JO, donc pas de caravanes de yacks, pas de commerce, pas de coca chinois. Au dernier lodge avant le Tibet, il neige sur les yacks. Authenticité, rusticité, Pemba ne voit que très peu de visiteurs, et cette saison plus du tout de Tibétains.

 

 

 

Jour 13 : “On descend “

Arya ( 4300) / Thameding / Thame ( 3800) en 4h.

Nous voilà sous les 4000 après 13 jours au dessus : on mange des frites, on se lave, on fait la lessive. La gompa de Kerok se calfeutre près d`un rocher derrière un bouquet d`arbres, avec beaucoup de charme. Celle de Thame date du 17ième siècle, aux dires des écriteaux. Le sentier qui y mène est ourlé des manis les plus sophistiqués du pays. Nous logeons pas loin de chez Apa Sherpa ( 17 fois summiter de l`Everest ) chez la femme du médecin de Kunde, très sympathique.

 

 

Jour 14 : “ Circuit touristique “

Thame ( 3800) / Thamo / Kenjoma via l`Everest (no) View Hotel et Zarok ( 3600)

De Thame nous descendons dans la forêt de rhodos en fleurs parmi les iris, les légumineuses et les fougères. A Thamo, l`accueil est des plus sympathiques au nouveau monastère des femmes, tout simplement …féminin ! Puis pause lunch à Zarak chez Boudhi Maya. Nous finissons par nous reconnaitre. Du café filtre et des galettes bretonnes, la descente a vraiment du charme aujourd`hui. La brume ne nous arête pas, nous allons boire le thé à l`Everest (no) View pour l`occasion ( 150 euros la double ) . Puis direction le scalp du yeti, la gompa de Khumjung, et enfin le lodge d`Ang Phurba, toujours aussi bienveillante. A la prochaine Ang Phurba !

 

 

 

Jour 15 : “Chez Tensing”

Kenjoma ( 3600) / Namche ( 3500) en 1h15 puis Benkhor ( 28000) en 1h.

Retour à la verdure, l`orge, les patates qui sortent à peine, les beignets de légumes. A Benkhor, Tenzing a l`occasion de mon passage cuisine un très bon gâteau, sans four, et grâce a l`expérience acquise cet hiver dans les cuisiens d’un grand resto de  Courchevel. Merci Tenzing. Je suis toujours très fortement interpellée par la vie de ces femmes

( notamment la sienne ) qui passent leur temps aux tâches domestiques et ne se déplacent qu`exceptionnellement, voire jamais. Mon amie Mailli, porteuse, se jure à chacun de mes  passages qu`une fois que ses deux enfants seront grands, elle ira à Kathmandu !  Puisse-t-elle accéder à ce modeste rêve.

 

 

Jour 16 : “ Happy end “

Benkhor ( 2800) / Lukla ( 2600)

A Ghat aujourd`hui il s`agit comme d`habitude de faire honneur à chaque invitation.  Nous assistons à la puja annuelle chez Kami Pura, prenons le thé chez Mailli avec Joêlle, et déjeunons chez la “belle mère”qui me remettra un sac de beurre de yack maison pour Futi.

Retour à Lukla égal à lui-même : dans la boue et sous une pluie fine.

 

 

Avion ?  pas avion ? Avion ! vol pour la capitale, la douche, le shampooing, les glaces à la pistache, l`esthéticienne,  et tout et tout.

Merci la vie !

 

 

 

 

 

   

 

Cathy Caudart  -  40 route col d'Izoard - 9 Combe Bruche - 05100 Briançon
tél  :06 47 90 33 91

Cet hiver, envie de glisses sauvages avec Cathy ?  http://www.randhautnordique.com/